Cinaed


Commentaire : Il s'agit d'un exercice personnel sur le thème de la Lumière.


Depuis le balcon le plus élevé de la troisième tour, Hayden observait l'horizon uniforme et éternel qui appartenait au Voile. En regardant ce ciel uni et sans nuages, aux couleurs perpétuelles de l'aurore et n'ayant ni début, ni fin, il était difficile d'envisager que la cité de Cinaed flottait en réalité au centre d'un cocon constitué de cette matière appelée le Voile.

Personne ne se souvient de ce qu'il y a au-delà de celui-ci, ni même de son créateur. La seule chose que savent les citoyens de Cinaed, c'est qu'il existe depuis le Seuil, le moment où la cité fut construite pour apporter un niveau d'existence supérieur pour les hommes. Rien n'existe en dehors de Cinaed.

La nuit, la faim et les intempéries leur sont inconnus. À chaque citoyen est dévolu une tâche qui correspond à son profil, déterminé tout au long de son existence. Leur unique récompense pour leur travail est de pouvoir bénéficier de la lumière du Voile, de cette lumière qui baigne la cité et qui les préserve de la faim, de la douleur mais aussi du Cœur... et de son ombre.

Hayden le sait mieux que quiconque puisqu'il est l'un des sept Aodhes de la cité, sept Aodhes pour sept tours. Il fut celui qui arrêta le Cycle, symbolisé par le cadran de la première tour et qui n'affiche aucune heure puisqu'il n'existe aucun rayon pour projeter une ombre sur ce dernier. Il est le maître de cette tour et son rôle est de veiller à ce que les autres Aodhes accomplissent le leur afin que jamais, le Cycle ne reprenne et que le Cœur soit toujours nourri.

Pourtant, lui aussi a oublié les raisons derrière l'existence du Voile et de la Cité. Les siècles se sont égrenés mais sa chair immortelle n'a pas fixé les souvenirs. Hayden continue son rôle de veilleur avec diligence même au prix de la signification de sa propre existence. En observant l'horizon, il ignorait en réalité si c'était une bonne ou une mauvaise chose, s'il devait lutter ou se laisser aller jusqu'à ne faire plus qu'un avec Cinaed.

Il entendit alors la porte s'ouvrir derrière lui et se refermer. Il s'était rendu aujourd'hui à la troisième tour après un rapport troublant et évasif de la part de l'Aodhe Cahal à propos des condamnés sous sa charge.

Enfreindre la loi à Cinaed équivalait à être envoyé dans les profondeurs de la Cité, son Cœur, quelque ce soit la gravité du crime accompli. Dans le Cœur, l'ombre règne en maître et absorbe toute vie à son contact afin d'alimenter le Voile. Sans les condamnés et les sacrifiés en période de manque, le Voile ne pourrait pas subsister.

Hayden ne pouvait donc pas faire l'impasse sur un tel problème même s'il ignorait la nature de celui-ci à cause des imprécisions étranges contenues dans le rapport. De telles erreurs de la part de son confrère l'avait surpris et, même s'il n'était pas sûr du bien-fondé de sa venue, il était décidé à lui demander des explications.

-Aodhe Cahal, je vous atten...

Sa phrase s'éteignit au moment où il se retourna. La personne, si c'en était bien une, n'était pas l'Aodhe Cahal. Enveloppée de haillons, la silhouette, féminine à en juger sa corpulence, tenait davantage de l'animal que de l'humain dans son comportement. Sa peau était noircie de l'intérieur par une substance étrange et son visage était caché par une capuche élimée par le temps et les épreuves.